6 - BIOS


6. LES BIOS

6.1. A quoi sert le bios

Le bios (pour Basic Input Output System) est le composant logiciel primaire d'un PC. Son architecture matérielle nécessite en effet un programme pour exploiter le lecteur de disquettes, le disque dur et les différentes interfaces. Le bios est responsable de toutes les tâches d'initialisation d'un PC de la vérification de la mémoire au boot sur une disquette ou sur le disque dur. D'une manière générale, il contrôle toutes les entrées/sorties primaires telles que le clavier, port série, parallèle et les différentes cartes (vidéo, son, etc.) par le biais d'interruptions en conjonction avec le CPU. Lorsqu'un nouveau type d'entrée/sortie apparaît, le bios doit donc être mis à jour ou au pire " court-circuité " par un pilote logiciel qui interceptera les appels de routines dont il ne disposerait pas... Le bios travaille étroitement avec le chipset de la carte mère. Ce couple permet au processeur de contrôler les composants vitaux du PC au niveau le plus profond.


Notez qu'en général, le bios est chargé dans une partie de la mémoire vive nommée Shadow RAM, ce qui permet au processeur un accès plus rapide à ses routines.


6.2. La CMOS

De nombreux paramètres d'un bios sont éditables. Cela va de simples préférences (boot sur A ou C, date et heure) à la gestion du plug &play en passant par des réglages beaucoup plus fins et plus complexes comme la gestion de la RAM.


Puisqu'ils doivent être modifiés facilement, ces paramètres sont stockés dans une petite mémoire de 64 octets de type CMOS (Complementary Metal Oxide Semiconductor). Cette mémoire est constamment alimentée par une petite pile placée sur la carte mère dont la durée de vie excède généralement celle de votre PC. Et sur les machines récentes, cette pile se recharge automatiquement.


Attention, n'allez pas imaginer que les réglages d'un bios peuvent transfigurer votre micro-ordinateur. Si, effectivement, un réglage fin peut faire gagner quelques pour-cent en calcul ou en transfert, un mauvais réglage ne saurait expliquer de mauvaises performances générales. Cela se traduira dans le meilleur des cas par une image de plus par seconde dans un jeu ou quelques secondes de gagnées dans un calcul d'image de synthèse. Seules des erreurs grossières comme un mauvais choix d'interface pour un disque dur (PIO3 au lieu de PIO4 par exemple) amènent à de vrais déficits de performances. L'autodétection des interfaces supprime dans une très large majorité de cas ce type d'erreur.


6.3. Les différents types de bios


Les éditeurs AMI et Award se partagent une très large majorité du marché PC. Souvent, les grands constructeurs adaptent les bios de l'un de ces deux fabricants à leur matériel ou plus rarement créent leur propre bios. Difficile d'accorder une préférence à l'un ou à l'autre de ces bios. On s'accorde en général pour dire que les bios Award disposent de beaucoup plus de réglages que les AMI, ce qui ravira les utilisateurs exigeants et les bidouilleurs. Les bios AMI sont en revanche plus simples à configurer pour des performances qui au final sont très similaires.


6.4. La mise à jour d'un bios


A priori, vous n'avez que peu de raisons de mettre à jour un bios durant la vie de votre PC. Toutefois, l'apparition de certains périphériques comme les lecteurs Zip ou LS120 en interface EIDE peuvent réclamer cette upgrade. En effet, c'est le bios qui contrôle le boot du PC. Pour booter sur autre chose qu'un lecteur de disquettes ou le disque dur C, il faut donc que le bios connaisse ces nouveaux lecteurs. Ceci n'est qu'un exemple parmi d'autres bien sûr.


Attention, les bios sont spécifiques à chaque carte mère. C'est pourquoi vous ne trouverez pas de mise à jour standard chez les développeurs tel qu'AMI ou Award. Si vous avez acheté une carte mère à l'unité, allez sur le site Web de son fabricant. Si vous avez acheté un PC complet, les choses peuvent se compliquer. Ces derniers ne fournissent en effet pas toujours les références des cartes mère et ne proposent pas de mise à jour systématiquement. Cela peut parfois être frustrant. Si le constructeur ne fait pas cet effort, vous êtes coincé à moins d'utiliser une solution de type Mr Bios, c'est-à-dire des bios développés par des éditeurs indépendants, peu courants en France malheureusement. Mais rappelons qu'il est impératif d'utiliser une mise à jour strictement prévue pour un type précis de carte mère. Même une version avoisinante pourrait se révéler dévastatrice!


D'un point de vue pratique, la mise à jour s'effectue sous DOS grâce à un petit logiciel fourni avec le nouveau bios. Disposant généralement d'une interface très frustre, il réclame toute votre attention puisqu'une mauvaise manipulation pourrait gravement endommager votre carte mère. Ces utilitaires proposent tous une sauvegarde de votre ancien bios, ce dont vous ne sauriez vous priver. Mais si vous suivez bien les instructions qui vous sont fournies, cette opération, qui ne dure que quelques dizaines de secondes, sera très bénéfique à votre PC.


Cet article est paru dans un magazine connu, malheureusement nous en avons perdu sa source; si l'auteur se reconnaît qu'il nous contacte afin de pouvoir le citer et afin de ne pas être accusé de vol, plagiat ou autres. Merci



(HTML STUDIO v5.1.40)
Mis à jour le 26.11.97 à 11:53
Par SCS'in (c) Sch.
Index Page précédente